Un pas de plus pour l’adaptabilité du système de justice dans le Nord-du-Québec

Période visée
Communiqués

Un pas de plus pour l’adaptabilité du système de justice dans le Nord-du-Québec

Québec, le 27 septembre 2019 – La ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Mme Sonia LeBel, salue le déploiement du Programme de traitement de la toxicomanie de la Cour du Québec (PTTCQ) à Puvirnituq : la Nunavik Wellness Court.

Offert au palais de justice de Montréal depuis 2012, ce programme vise à prévenir les crimes perpétrés en raison d’une dépendance à l’alcool et aux stupéfiants et à en réduire le nombre. Par ces mesures individualisées, le PTTCQ assure aux contrevenants aux prises avec des problèmes de toxicomanie une démarche respectueuse ayant pour objectif leur réadaptation et leur réinsertion sociale.

Cette initiative du projet Saqijuq, créé par le Nunavik, a été déployée le 20 septembre dernier sous forme de projet pilote d’une durée d’un an pour les résidents du village nordique de Puvirnituq. Elle contribue à rompre le cycle lié aux problèmes de toxicomanie et aux activités criminelles qui y sont associées. Les partenaires du projet Saqijuq estimaient que la Nunavik Wellness Court permettrait de mieux répondre à la surjudiciarisation entraînée par la toxicomanie. Le programme offre ainsi à la Cour du Québec une solution de rechange au prononcé de la peine, soit un plan de réadaptation du contrevenant, dans la mesure où celui-ci et le poursuivant y consentent.

Outre le ministère de la Justice du Québec, la Cour du Québec et la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik, les principaux partenaires ayant collaboré à la mise sur pied du programme sont le Directeur des poursuites criminelles et pénales, les avocats de la défense, incluant le Centre communautaire juridique de l’Abitibi-Témiscamingue, le ministère de la Sécurité publique, la Société Makivik, l’Administration régionale Kativik, le projet Saqijuq, le Centre de Santé Inuulitsivik, le Corps de police régional Kativik et le Centre de thérapie Isuarsivik. Plusieurs organismes autochtones participeront également à sa mise en œuvre.

Citations

« Je suis fière que notre gouvernement et la Cour du Québec déploient un programme d’adaptabilité qui s’inscrit dans une tradition de réadaptation et réinsertion sociale. Le PTTCQ, j’en suis convaincue, saura répondre aux besoins spécifiques des Autochtones aux prises avec des problèmes de toxicomanie qui font face à la justice. »

Sonia LeBel, ministre de la Justice et procureure générale du Québec

« Je me réjouis de l’implantation de ce programme dans le Nord-du-Québec. Les communautés autochtones ont des réalités et des enjeux spécifiques dont le système de justice doit tenir compte. En déployant le PTTCQ à Puvirnituq, le gouvernement du Québec, en concertation avec ses partenaires du milieu juridique, agit concrètement sur une cause importante de la criminalité dans le Nord-du-Québec. »

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec

« Le village nordique de Puvirnituq bénéficiera grandement du Programme de traitement de la toxicomanie de la Cour du Québec. Je tiens à remercier tous les intervenants de même que les organismes autochtones pour leur collaboration dans la mise en œuvre de ce programme novateur. »

Denis Lamothe, député d’Ungava et adjoint parlementaire de la ministre responsable des Affaires autochtones

« En offrant aux contrevenants toxicomanes la possibilité de se soumettre à un traitement adapté à leur situation et supervisé par le tribunal, le programme mise sur une véritable prise en charge de ces personnes, pendant et après une thérapie, pour les mener vers un changement durable de leur mode de vie. »

L’honorable Lucie Rondeau, juge en chef de la Cour du Québec

« Le projet Saqijuq s'attaque désormais à un enjeu important avec le soutien de tous les partenaires, y compris le gouvernement du Québec. En se basant sur des pratiques communautaires menées par les Inuits pour les Inuits, cette initiative prend en compte non seulement l'individu, mais aussi sa famille et sa communauté dans son ensemble. C'est un excellent exemple de la façon dont les partenaires, lorsqu'ils travaillent ensemble, peuvent faire une différence pour le mieux-être des Nunavimmiuts. »

Minnie Grey, coprésidente du projet Saqijuq et directrice générale de la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik

Informations complémentaires

Le programme s'inscrit dans le Plan stratégique 2015-2020 du ministère de la Justice du Québec. Il fait partie des nouvelles formes d'application de la justice, lesquelles visent à améliorer le sort de clientèles particulièrement vulnérables au sein du processus judiciaire, notamment les contrevenants toxicomanes et les personnes souffrant de troubles mentaux, et à favoriser leur réhabilitation.

Lien connexe

Pour plus d'information sur le programme, visitez le site du ministère de la Justice : www.justice.gouv.qc.ca.

– 30 –

 

Sources :     Renseignements :

Nicky Cayer
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de la Justice
et procureure générale du Québec
418 643-4210

   

Relations avec les médias
Ministère de la Justice du Québec
418 644-3947, poste 20932

Carl Charest
Directeur des communications par intérim
Cabinet du ministre des Forêts, de la
Faune et des Parcs et ministre
responsable de la région de l’Abitibi-
Témiscamingue et de la région du
Nord-du-Québec
481-454-4817

Normand Houde
Attaché politique
Bureau du député d’Ungava
418-748-6046

Caroline St-Pierre
Relations avec les médias
Cour du Québec
418-649-3565

Ben Watt
Agent de communication
RRSSSN
819 964-2222 poste 258

   

 

 

Auteur : MJQ Retourner aux Communiqués
Retourner en haut