En 2015, le ministère de la Justice fêtait ses 50 ans. En effet, le Bill 69 menant à la création du ministère de la Justice a été sanctionné le 19 mai 1965 et proclamé le 4 juin de la même année par un arrêté en conseil.

Si le fédéral s’est doté d’un ministère de la Justice dès 1868, la province de Québec est la première à faire une démarche de ce genre, une innovation qui sera suivie par les autres provinces canadiennes.

Nos archives et la protection des droits des citoyens

Il est d’intérêt de constater que dès 1965, l’administration privilégie de saines mesures de gestion documentaire en favorisant un meilleur repérage de l’information et de classement de ses documents. 

Depuis longtemps, des employés s’activent pour préserver du passage du temps certains dossiers, certains documents témoignant de nos actions et de notre histoire. 

Ces documents, lorsqu’ils ne sont plus requis pour l’accomplissement de la mission du Ministère, sont envoyés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Et une fois bien entreposés dans un environnement contrôlé, ces mêmes documents entreprennent une seconde vie. 

Une rencontre récente avec des archivistes de BAnQ a permis de confirmer que les archives gouvernementales sont parmi les plus consultés, notamment en ce qui a trait au volet judiciaire. Il ne faut pas perdre de vue que les citoyens qui puisent aux documents d’archives veulent également faire valoir leurs droits!

Les archives et la richesse de notre histoire

Nous pouvons aujourd’hui puiser dans ces documents d’archives pour nous remémorer les faits marquants de notre histoire.

Nous pouvons dès lors mieux répondre à des questions comme :

  • Pourquoi le ministre de la Justice est-il d’office le Procureur général de la province?
  • Pourquoi les avocats des ministères et organismes québécois relèvent du ministère de la Justice?
  • Pourquoi la décision fut prise de changer le Département du Procureur général par le ministère de la Justice?

Ces grandes interrogations sont en partie répondues dans ce discours du Premier ministre du Québec de l’époque, Jean Lesage, qu’il débute sous ces termes le 7 avril 1965 : « Le Québec est depuis cinq ans le théâtre d’un spectacle impressionnant, le spectacle d’un peuple qui s’est éveillé à la légitime fierté de revendiquer ses droits les plus chers, d’assumer ses obligations nationales avec fermeté et maturité. »

Retourner en haut