Liste des récipiendaires honorés en 2020 (pour les actes de 2018)

La ministre de la Justice, Mme Sonia LeBel, entourée des récipiendaires qui ont accompli un acte de civisme en 2018, ainsi que des membres du Comité sur le civisme.

Le 9 mars 2020, le gouvernement du Québec rendait hommage à 30 personnes pour les actes de civisme exceptionnels qu'elles avaient accomplis au cours de l'année 2018.

La cérémonie du prix Hommage au civisme s'est tenue à la salle du Conseil législatif de l'hôtel du Parlement. Elle était présidée par la ministre de la Justice, madame Sonia LeBel.

La ministre a alors remis 15 médailles du civisme et 15 mentions d'honneur du civisme.

Un insigne du civisme, réplique miniature de la médaille, a également été remis à chacun des 30 récipiendaires.

Les actes de civisme soulignés dans le cadre de la 34e édition de la cérémonie Hommage au civisme ont été regroupés par région.

Médailles du civisme

La médaille du civisme, accompagnée d'un insigne or, est décernée à une personne qui a accompli un acte de civisme dans des circonstances périlleuses. Faite de bronze, elle est gravée au nom du récipiendaire. On y voit deux visages qui symbolisent les deux composantes du thème Exposer sa vie pour en sauver une autre.

M. François-Xavier Bérubé-Dufour, M. Johnatan Brunet, M. Philippe Charbonneau et M. John Edward Savage

Le soir du 21 septembre 2018, deux personnes décident de prendre la mer sur le golfe du Saint-Laurent pour une excursion particulière, malgré les conditions météorologiques extrêmes. Lorsqu’un « MAYDAY » est déclaré, quatre membres bénévoles de la Garde côtière auxiliaire (GCA), François-Xavier Bérubé-Dufour, Johnatan Brunet, Philippe Charbonneau et John Edward Savage, se lancent dans une mission de sauvetage très risquée pour les sauver.

Ce n’est qu’après trois heures de tentatives, dans de forts vents, que les quatre sauveteurs réussissent à secourir les victimes en effectuant une manœuvre de chaîne humaine.

 

M. Rémi Deroy et M. Éric Levasseur

Vers minuit trente, le 30 mai 2018, Rémi et Éric circulent en voiture dans les rues de Matane.

Ils aperçoivent d’étranges lueurs émanant d’une maison et constatent, en s’approchant, que toute la devanture de la maison est en flammes. Rémi et Éric y voient une personne âgée qui se déplace en marchette. Éric réussit à entrer par une porte latérale et à évacuer la dame âgée.

Cette dernière l’informe que sa fille dort à l’étage. Rémi pénètre dans la maison et la prend alors la fille à bras le corps, aidé d’Éric qui vient le rejoindre.

 

M. Serge Larouche 

Serge profite d’un voyage de pêche avec un de ses amis le 7 juillet 2018. Ils viennent tout juste d’entrer dans une fosse à saumons quand le canot est déporté et frappe un tronc d’arbre flottant. Son ami, assis à l’avant, se sert de ses bras pour amortir le choc et se retrouve de tout son long, couché sur le côté du canot, qui chavire. Il part à la dérive.

Serge, lui aussi, est tombé à l’eau et il est resté bloqué sous le canot lors du chavirement. Il ne porte pas de veste. Il réussit à s’extirper de sa fâcheuse position et nage vers son collègue.

À force de persévérance, il réussit à ramener son ami au canot pour l’y accrocher. Il tirera ensuite le canot et son ami jusque sur la rive.

 

M. Samuel Yargeau-Turcotte

Le 20 mai 2018, Samuel décide de faire du kayak avec ses deux petites sœurs, âgées de 9 ans et de 5 ans, au camping Tropical. Les trois jeunes mettent leur veste de flottaison puis Samuel amène ses sœurs successivement sur une petite île, située à une distance de 30 ou 50 mètres du quai où ils se trouvent.

Quelques minutes plus tard, il décide de ramener ses deux sœurs en même temps sur le kayak. Malheureusement, le kayak dans lequel les trois enfants se trouvent percute une grosse souche flottante. Le choc fait chavirer le trio. Samuel constate alors que sa plus jeune sœur est coincée sous le kayak.

Sans hésiter, il retire sa veste de flottaison, plonge sous l’eau et attrape la petite par sa veste pour l’extraire du kayak.

M. Normand Beaulieu

Le 14 novembre 2018, Normand circule en camion lorsqu’il aperçoit, en sens inverse, une voiture par laquelle sortent des flammes.

Il s’arrête et court immédiatement vers la voiture. Les portes sont barrées et la femme est en panique dans la voiture. Il retourne à son camion chercher une barre de métal pour essayer de briser la vitre.

Après plusieurs essais, il réussit finalement à sortir la victime du véhicule en flammes.

 

M. Alexandre Boucher

Il est 20 h 30 le soir du 13 septembre 2018, lorsqu’Alexandre et son amie décident de faire une promenade sur le fleuve Saint-Laurent, en compagnie d’un couple d’amis. Chaque couple a son bateau. C’est l’obscurité totale et les deux navigateurs vérifient l’état de leurs phares avant de partir.

À un moment, Alexandre aperçoit un bateau au loin qui vient vers lui rapidement. Il réussit à l’éviter de justesse, mais le bateau percute violemment l’embarcation de ses amis. Quatre personnes, dont certaines grièvement blessées, sont dans les eaux du fleuve tandis que les amis d’Alexandre sont en péril sur leur bateau qui menace de couler.

Rapidement, Alexandre saute à l’eau pour aller sauver les victimes.
 

Mme Solange Roy

Le 16 mai 2018, Solange Roy aperçoit de la fumée s’échapper d’une maison, alors qu’elle circule en voiture. Elle entre dans la maison et fouille dans les pièces pour alerter les occupants.

La fumée est dense et elle doit mettre son gilet sur son nez et sa bouche pour pouvoir se déplacer. Un homme s’approche d’elle, alors qu’elle atteint un mur entier complètement en flammes. L’homme est en état d’ébriété avancé et refuse de sortir.

Solange ne veut pas le laisser à l’intérieur et profite d’un instant où il tousse pour le tirer vers l’extérieur.

M. Jocelyn Bordeleau

Vers 17 h 30, le 15 juin 2018, Jocelyn et sa conjointe reviennent de faire des courses en motomarine sur le fleuve Saint-Laurent lorsqu’ils aperçoivent trois hommes sur la berge qui font des signes de détresse avec leurs bras.

Une fois rapproché de la berge, le couple réalise qu’un corps flotte, inanimé, sur le ventre. Tout habillé, Jocelyn Bordeleau saute à l’eau et tente à plusieurs reprises de tirer le corps inanimé, sans succès : c’est trop pesant.

Il réussit finalement à sortir la victime et la déplace sur la plateforme à l’arrière du bateau des trois hommes.

 

M. Martin Guimond

Dans la nuit du 2 décembre 2018, vers 2 h 15, alors qu’il roule en direction du pont de la Concorde, Martin Guimond aperçoit un véhicule foncer dans un parapet de béton, puis faire un tonneau après avoir glissé sur la chaussée.

En s’approchant du véhicule, Martin constate immédiatement une odeur de fumée. Il sait qu’il doit sortir rapidement la victime. La porte du côté conducteur est coincée et refuse de s’ouvrir. Martin tire de toutes ses forces et réussit à la briser suffisamment pour l’ouvrir. Soudainement, des gens se trouvant sur les lieux se mettent à crier : « le moteur est en feu ».

Avec l’aide d’une autre personne, Martin réussit à sortir la victime du véhicule.

M. Maxime Sauvé

Alors qu’il fait un tour de vélo dans la nuit du 8 juillet 2018, Maxime Sauvé est le premier à apercevoir un incendie dans un immeuble à logements. Il s’empare d’un extincteur et se rend au 3e étage, au logement où semble se trouver l’incendie.

Puisqu’il ne parvient pas à enfoncer la porte du logement incendié, il cogne chez la voisine et utilise son balcon pour enjamber la balustrade qui le sépare du balcon de l’appartement incendié.

Après s’être assuré que personne ne se trouve dans le logement incendié, Maxime sort pour porter secours aux résidents de l’immeuble. Dès qu’il est sorti, une grosse « boule de feu » provenant du logement est aperçue. 

M. Stéphane Girard

Le 19 août 2018, vers 17 h 30, Stéphane constate qu’un feu fait rage dans un immeuble près de chez lui. Il se rend donc immédiatement sur place pour voir si des gens sont en danger. Il aperçoit un enfant par la fenêtre du logement du deuxième étage.

Sans attendre, Stéphane court chez lui chercher une échelle. Il revient à l’immeuble pour grimper jusqu’à la fenêtre. Il réalise que deux enfants ainsi qu’une femme enceinte se trouvent dans la pièce.

Il devra entrer à plusieurs reprises dans la pièce enfumée pour les aider à descendre un à un.


Mentions d'honneur du civisme

La mention d'honneur du civisme, accompagnée d'un insigne argent, est décernée à une personne qui a accompli un acte de courage ou de dévouement dans des circonstances difficiles. Présentée sous la forme d'un parchemin honorifique, elle est calligraphiée au nom du récipiendaire.

Mme Mélodie Couturier

Le 6 avril 2018, vers 1 h 30, Mélodie perçoit une odeur de fumée. Elle constate que de la fumée sort des combles de l’appartement situé au-dessus du sien. Elle réveille donc ses enfants, déclenche l’alarme incendie et cogne au logement voisin du sien, ainsi qu’à ceux du rez-de-chaussée pour dire aux occupants de sortir à l’extérieur.

Lorsqu’elle constate que les résidents d’un appartement du troisième étage ne sont pas sortis, elle décide de retourner à l’intérieur et de se rendre directement à cet appartement.

Mélodie revient par la suite à l’extérieur, accompagnée des membres de la famille de l’appartement, sains et saufs.

Mme Katy Taschereau

Le 13 mai 2018, Katy se promène près du ruisseau de la rivière Bourbon. Elle aperçoit un groupe d’enfants jouer dans l’eau avec un gros tronc d’arbre.

Tout à coup, un des enfants, âgé de 7 ans, se fait frapper par le tronc et reste coincé sous l’eau. Incapables de le sortir de là, ses amis crient au secours.

Avec l’aide de deux jeunes, Katy réussit à extirper le petit. L’enfant est quand même resté deux minutes sous l’eau. Il est inconscient.

Katy lui pratiquera les manœuvres de réanimation et s’en occupera jusqu’à l’arrivée des secours. 

M. Gildor Fortier

Alors qu’il circule à bonne vitesse sur la route 111 sud qui va vers le Témiscamingue, le 2 avril 2018, Gildor aperçoit une forme au beau milieu de la route. Immédiatement, il freine au maximum son poids lourd.

Quand il parvient à arrêter son engin, il se trouve à peine à un mètre d’un tout jeune bambin, âgé de deux ans, très peu vêtu. Il actionne les feux d’urgence de son véhicule et se précipite vers le petit. D’autres véhicules circulent autour de lui, certains le dépassent et d’autres le croisent.

Gildor prend le petit dans ses bras et le ramène chez lui.

 

M. Jérôme Gamache 

En janvier 2018, Jérôme est au volant de son camion-citerne et est sur le point de négocier un virage assez raide, suivi d’une importante dénivellation. Il est inquiet, la chaussée est très glissante et aucun abrasif n’a été répandu. Il réduit donc sa vitesse et passe lentement le virage.

Surprise, tout en bas de la côte, un autobus scolaire est à l’arrêt pour prendre à son bord de jeunes enfants. Impossible pour Jérôme de freiner, son camion dérape. C’est sciemment, pour éviter d’entrer en collision avec l’autobus, ou pire, d’écraser des enfants sur le point de traverser la route, qu’il dirige son poids lourd dans le fossé. S’en suivront un spectaculaire capotage et la perte de presque toute sa cargaison.

Ce geste courageux a évité une catastrophe : aucun occupant de l’autobus ne sera blessé.

M. Claude Berger et M. Olivier Sadones

Le 9 juillet 2018, Claude et Olivier sont en expédition de pêche avec leur guide Aloupa Taqulik. Ils viennent de négocier le passage d’un rapide dangereux et constatent avec stupeur qu’une embarcation qui les précédait a eu moins de chance : six personnes, dont quatre enfants, sont à l’eau.

L’eau est glaciale, il y a de forts courants et la profondeur est très importante. Aloupa manœuvre pour approcher son canot le plus rapidement possible. Deux jeunes filles sont accrochées à une femme qui elle, s’agrippe au bord de la chaloupe renversée. Un homme s’est réfugié sur une roche. Un jeune garçon nage péniblement dans la rivière à la recherche de son petit frère de trois ans.

Olivier s’empare d’une fillette et l’amène à bord. Aloupa et Claude font de même avec l’autre fillette et la dame. Puis, Aloupa dirige l’embarcation vers le jeune garçon, l’agrippe et l’amène à bord.

Le petit garçon âgé de trois ans a glissé hors de sa veste de flottaison trop grande. Il a sombré et personne ne le reverra.

M. Jocelyn Déry et M. Claude Julien

Le 22 novembre 2018, Claude et Jocelyn circulent sur la route Lupien, lorsqu’ils aperçoivent de la fumée sortir d’un garage situé à proximité d’une maison où réside un couple de nonagénaires.

Les deux hommes entrent dans la maison du couple âgé. Jocelyn escorte l’homme jusqu’à la sortie, tandis que Claude prend la femme dans ses bras pour la porter à l’extérieur.

Après avoir placé les victimes dans un endroit sécuritaire, les deux candidats retournent à l’intérieur de la maison enfumée, afin d’aller chercher les médicaments du couple.

M. Éric Beaudet, M. Jonathan Goyette-Racine et M. Steven Reed-Potvin

Le 21 septembre, vers 16 h, Éric, Jonathan et Steven font des courses. Alors que les trois hommes se trouvent dans le stationnement des commerces, ils voient une automobile emboutir volontairement la voiture d’une dame qui y rangeait son épicerie. Le conducteur fautif sort ensuite de son véhicule, empoigne la dame par les cheveux et commence à la battre violemment.

Sans attendre, Éric se dirige vers l’homme pour tenter de l’arrêter. Jonathan et Steven le rejoignent. L’agresseur est très énervé et les trois hommes éprouvent de la difficulté à le contrôler et à le plaquer au sol. Lorsqu’il semble un peu calmé, les trois candidats le laissent se relever.

Cependant, il revient à la charge et profère même des menaces de mort à l’endroit de Jonathan. La bagarre reprend de plus belle. Finalement, les policiers arrivent sur place et procèdent à l’arrestation de l’agresseur.

 
M. Yvon Blouin

Le 17 décembre 2018, Yvon aperçoit une boule de feu provenir d’un logement près de chez lui, alors qu’il écoute la télévision dans son salon.

L’homme, considéré comme inapte à cause d’un accident de travail, se rend au logement incendié et cogne à la porte du premier appartement pour informer les locataires de sortir de l’endroit en feu. Il voit ensuite un petit garçon, âgé d’environ 10 ans, vêtu seulement de sous-vêtements, en pleurs sur une galerie du 2e étage.

Il gravit l’escalier extérieur, prend le garçon dans ses bras et le ramène à sa famille, déjà en bas.

 

M. Maxence Cyr

Le 23 septembre 2018, Maxence, alors âgé de 16 ans, participe à sa dernière formation intensive pour sa certification en eau vive de plongée sous-marine. Plusieurs étapes sont prévues à la formation. L’une d’elles précise que tous les plongeurs, en équipe de deux, doivent atteindre une épave qui gît à quelque 80 pieds de profondeur et remonter ensuite à la surface.

Pour l’équipe de Maxence, tout va bien. Cependant, la paire de plongeurs non loin de lui éprouve des difficultés. L’instructeur rejoint alors l’homme de cette équipe et le ramène à la surface. L’équipière ne suit pas, elle reste derrière et montre des signes évidents de détresse.

Maxence active l’arrivée continue en air de la plongeuse en panique et la remorque rapidement à la surface.

 

M. Jocelyn Savard

Le 14 avril 2018, Jocelyn Savard, employé civil qui assure la sécurité autour du Collège militaire royal de Saint-Jean, fait sa ronde de sécurité de nuit.

Entre 2 h 30 et 3 h, il aperçoit un jeune élève officier sauter à l’eau et marcher dans la rivière qui se trouve derrière le bâtiment. Jocelyn s’approche rapidement et il constate que le jeune homme vient de sombrer dans une portion plus creuse de la rivière. L’eau le submerge complètement.

Il fait froid et l’élève officier commence à s’agiter. Il crie à Jocelyn qu’il va couler. Jocelyn s’accroche à un barreau de clôture et, la tête en bas, agrippe le jeune homme par son manteau. Il n’a pas assez de prise pour le faire remonter.

Jocelyn le lâche et attrape une échelle de bateau qui traînait par là. Il la place dans l’eau et descend pour parvenir jusqu’à la victime. Il réussira à ramener le jeune homme gelé, jusque sur la rive.

M. Aloupa Taqulik

Le 9 juillet 2018, Claude Berger et Olivier Sadones sont en expédition de pêche avec leur guide Aloupa. Ils viennent de négocier le passage d’un rapide dangereux et constatent avec stupeur qu’une embarcation qui les précédait a eu moins de chance : six personnes, dont quatre enfants, sont à l’eau. L’eau est glaciale, il y a de forts courants et la profondeur est très importante.

Aloupa manœuvre pour approcher son canot le plus rapidement possible. Deux jeunes filles sont accrochées à une femme qui elle, s’agrippe au bord de la chaloupe renversée. Un homme s’est réfugié sur une roche. Un jeune garçon nage péniblement dans la rivière à la recherche de son petit frère de trois ans. Olivier s’empare d’une fillette et l’amène à bord.

Aloupa et Claude font de même avec l’autre fillette et la dame. Puis, Aloupa dirige l’embarcation vers le jeune garçon, l’agrippe et l’amène à bord. Le petit garçon âgé de trois ans a glissé hors de sa veste de flottaison trop grande. Il a sombré et personne ne le reverra. 

Retourner en haut