Victimes d'homophobie et de transphobie

L’homophobie et la transphobie constituent des attitudes négatives pouvant mener à la discrimination envers les personnes LGBTQ ou à l’égard des personnes perçues comme telles.

Elles peuvent être liées à la méconnaissance des réalités propres aux diverses identités de genre et orientations sexuelles. Quelle que soit votre orientation sexuelle, votre identité ou votre expression de genre, vous pouvez en être victime.

Ces manifestations peuvent porter atteinte à votre dignité ou à vos droits. Si c’est votre cas, vous pouvez obtenir de l’aide ou porter plainte.

L'homophobie et la transphobie peuvent prendre différentes formes, par exemple :

  • les commentaires désobligeants, les insultes et les moqueries;
  • le rejet;
  • la discrimination;
  • le harcèlement et l’intimidation;
  • l’agression.

Les commentaires désobligeants et les moqueries

Les commentaires désobligeants et les blagues sont les formes d'homophobie et de transphobie les plus fréquentes. Ainsi, il est par exemple devenu banal d’entendre « C’est gai! » pour décrire des situations ou des comportements ennuyeux ou médiocres.

Malgré leur apparence anodine, ces commentaires peuvent blesser les personnes LGBT ou celles qui en sont la cible et affecter leur estime personnelle. Ils peuvent aussi renforcer les difficultés qu’une personne peut avoir à accepter ou à dévoiler son orientation sexuelle ou son identité de genre.

De plus, ces comportements, souvent justifiés par l’humour, tendent à :

  • véhiculer et banaliser les préjugés et les stéréotypes homophobes ou transphobes;
  • dévaloriser les personnes LGBT et celles qui sont perçues comme telles.

Le rejet

Il n'est pas rare que les personnes LGBT ou perçues comme telles subissent du rejet. De plus, après avoir dévoilé son orientation sexuelle ou son identité de genre, la personne peut être :

  • exclue de son groupe d’amis;
  • reniée par sa famille;
  • congédiée par son employeur.

La discrimination

La discrimination est une distinction, une exclusion ou une préférence qui peut être fondée notamment sur l’orientation sexuelle, l’identité ou l’expression de genre. La discrimination est interdite en vertu de la Charte des droits et libertés de la personne.

Le harcèlement et l’intimidation

Le harcèlement et l’intimidation liés à l'homophobie ou à la transphobie sont des formes particulières de discrimination qui peuvent se manifester à l’égard d’une personne, notamment par des paroles, des actes isolés ou des gestes répétés à caractère vexatoire ou méprisant.

L'agression physique

L’agression physique se manifeste sous la forme de gestes violents, souvent dans l’intention de blesser ou d’humilier une personne. Les infractions criminelles motivées par la haine de l’orientation sexuelle sont considérées comme des crimes haineux.

Le fait d’être témoin ou victime d’homophobie ou de transphobie peut amener une personne à masquer son orientation sexuelle ou son identité de genre. De plus, l’homophobie et la transphobie, comme toutes les formes de discrimination, réduisent l’accès aux biens et aux services disponibles.

Ainsi, la victime peut, par exemple, avoir de la difficulté à :

  • se loger;
  • se trouver ou conserver un emploi;
  • recevoir des soins de santé adéquats;
  • accéder à des services.

Quand une personne subit du rejet ou se fait harceler, intimider ou violenter, elle peut s’isoler et se marginaliser. Elle peut même être tentée d’abandonner l’école ou son travail et de limiter son utilisation des services sociaux.

La victime d’homophobie ou de transphobie peut subir un stress qui aura des effets physiques et psychologiques significatifs sur son développement, sa santé et son bien-être. Ce faisant, elle est plus susceptible d’adopter des comportements néfastes pour réduire son anxiété, comme l’abus d’alcool ou de drogues. 

Si vous êtes victime ou témoin d’un acte homophobe ou transphobe, vous pouvez d’abord en parler à des personnes qui sont susceptibles de vous conseiller ou de vous offrir de l’aide.

Jeunes

À l'école ou à la maison, vous pouvez en parler à un adulte en qui vous avez confiance, par exemple :

  • l’un de vos parents;
  • l’un de vos proches (p. ex. : frère, sœur, tante, oncle, ami);
  • votre enseignant;
  • votre éducateur spécialisé;
  • votre directeur d’école.

Adultes

Dans votre milieu de travail, vous pouvez discuter de la situation avec :

  • un collègue en qui vous avez confiance;
  • votre supérieur immédiat;
  • votre représentant syndical;
  • un représentant de votre Direction des ressources humaines.

Aide d’un organisme spécialisé

Vous pouvez également obtenir de l’aide auprès de plusieurs organismes.

Ceux-ci peuvent notamment vous offrir :

  • un service d'écoute et d'aide par téléphone ou sur Internet;
  • des services d'accompagnement; des conseils judicieux.

Les organisations, les établissements d’enseignement et les employeurs ont l’obligation de vous offrir un environnement sain, sécuritaire et respectueux.

Si vous vivez de l’intimidation, du harcèlement ou si vous avez subi une agression physique :

  • à l’école, adressez-vous à la direction;
  • dans votre milieu de travail, adressez-vous à l’un de vos supérieurs ou à votre représentant syndical;
  • peu importe l’endroit, vous pouvez aussi communiquer avec le service de police de votre municipalité.

Vous pouvez aussi porter plainte auprès des organismes suivants :

Retourner en haut