Avant le testament

Avant que vous rédigiez votre testament, il convient de faire par écrit l'inventaire :

  • de vos biens (par exemple : maison, chalet, obligations d'épargne);
  • de vos dettes (par exemple : une hypothèque, des emprunts ou toute autre créance).

S'il est complet, à jour et daté, cet inventaire sera utile aux personnes qui auront à régler votre succession.

Fiscalité et autres particularités

Vous devriez consulter un spécialiste fiscal si :

  • vous possédez des biens d'une certaine valeur, comme une maison ou une entreprise;
  • vous croyez que la transmission de certains biens entraînera des incidences fiscales, par exemple : l'impôt exigé à la suite du transfert d'un régime enregistré d'épargne-retraite (REER). 

Succession complexe

Il est par ailleurs conseillé de consulter un conseiller juridique si vous pensez que le règlement de votre succession sera complexe :

  • en raison de la valeur des biens légués;
  • en raison d’une protection que vous voulez accorder à un enfant en bas âge ou à une personne souffrant d'une maladie;
  • pour toute autre raison.

Dernières volontés

Vous pouvez présenter vos dernières volontés dans votre testament. Autrement dit, y préciser comment vous voulez que vos proches :

  • disposent de votre corps, par exemple en l'enterrant ou en l'incinérant;
  • organisent vos funérailles.

Cependant, votre testament est lu habituellement après vos funérailles. Pour cette raison, vous devriez aussi écrire vos dernières volontés dans un document que vos proches pourront consulter immédiatement après votre décès. Vous pouvez aussi en discuter avec eux.

Retourner en haut